Historique

La SRB, sou­vent appe­lée la « Vieille Dame » est l’héritage d’un patri­moi­ne mari­ti­me depuis 160 ans. Elle a connu des moments de Tempêtes, mais a su main­te­nir son cap (.…) Aujourd’hui, notre club sur­fe tou­jours sur la vague du suc­cès, avec tou­tes voi­les dehors  !!! Embarquez avec nous !

Le pal­ma­rès du club.

Plus de 150 ans d’histoire

A la fin du XIX ème siè­cle, une gran­de muta­tion s’opère : la voi­le est rem­pla­cée par la vapeur, puis par les moteurs. Elle res­te mal­gré tout uti­li­sée dans la plai­san­ce et la com­pé­ti­tion.

C’est à cet­te épo­que, et grâ­ce à l’évolution des tra­vaux des méde­cins hygié­nis­tes que l’océan revient au gout du jour. Après avoir déser­té cet uni­vers inquié­tant et mys­té­rieux, les bres­tois décou­vrent les joies bal­néai­res. Les réga­tes en sont le pro­lon­ge­ment.

C’est dans ces condi­tions pri­vi­lé­giées, et sous l’influence de citoyens sou­hai­tant s’organiser autour de leur pas­sion que la Société des Régates de Brest est créée, en mai 1847, sous la pré­si­den­ce d’un ancien mai­re de Brest, et sous le patro­na­ge du Prince de Joinville, fils de Louis Philippe, roi des Français. Elle est alors, après Le Havre (1838) et la baie de la Somme (1846), la troi­siè­me socié­té des réga­tes créée en France, et res­te aujourd’hui l’un des plus vieux club de voi­le du mon­de !

Les pre­miè­res réga­tes se cou­rent le 30 juillet 1847 sur voi­liers et avi­rons, pré­si­dées par le Capitaine de vais­seaux Le Grandais. Souvent accom­pa­gnées de musi­ques mili­tai­res et de remi­se des prix effec­tuées en gran­des pom­pes au Cours Dajot, elles font les joies du public.

En 1848, la Société dis­pa­rait du fait de la révo­lu­tion et renait en 1865 sous le nom de « Société des Régates Brestoises ».

Après avoir dis­pa­ru en 1870 lors de la guer­re contre l’Allemagne, la SRB renait en 1876 et orga­ni­se les pre­miè­res fêtes du Port de Commerce. Un réel engoue­ment pour les épreu­ves spor­ti­ves est obser­vé. Dès 1891 et 1892 sont orga­ni­sées les pre­miè­res cou­pes de France cou­rues à Brest.

En 1882, la muni­ci­pa­li­té et la Société Hippique Brestoise recréent la Société des Régates, que va dyna­mi­ser son pré­si­dent, le contre-Amiral Réveillère, l’un des fon­da­teurs de la Caisse d’Épargne de Brest.

En 1900, la voi­le devient sport Olympique à Paris.

La Société des Régates fusion­ne en 1902 avec la Société Nautique Brestoise, des cour­ses trans-rade sont orga­ni­sées et connais­sent un grand suc­cès.

Installée à Poullic al Lor, la SRB déploie une acti­vi­té inten­se entre les deux guer­res.

A Brest, pen­dant la 2ème guer­re mon­dia­le, com­me cha­que évé­ne­ment poli­ti­que majeur, la SRB doit fer­mer ses por­tes. En 1946, elle renaît une nou­vel­le fois de ses cen­dres dans une vil­le en rui­ne.

Mais elle connait ensui­te dans les années 60 un fort déve­lop­pe­ment de la voi­le de com­pé­ti­tion au « Bassin des Yachts » (dans l’actuel Port de Commerce).

En 1958, la SRB prend une part très acti­ve à la Semaine Internationale de la Voile qui pré­cè­de la cour­se des grands voi­liers. Après une assem­blée géné­ra­le extra­or­di­nai­re, un cer­tain nom­bre de socié­tai­res déci­dent de consti­tuer une nou­vel­le asso­cia­tion : le Yacht Club de la Rade de Brest.

Avec le jour­nal l’Aurore, la SRB orga­ni­se les cour­ses en soli­tai­re Brest – Laredo – Pornic et Brest – Santander – Pornic qui eurent un reten­tis­se­ment natio­nal. Il s’agit de la génè­se de la célè­bre Solitaire du Figaro.

En 1961, la vil­le de Brest déci­de de créer un port de plai­san­ce au Moulin Blanc.

En 1967, le pre­mier diplô­me per­met­tant l’encadrement est créé. Dès l’année sui­van­te sera créé le Brevet d’État de Moniteur de voi­le. C’est le début de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion.

En 1972, après avoir ins­tal­lé un cha­let sur la pla­ge du Trez Hir (1968) pour ses acti­vi­tés d’été, la SRB construit des locaux sur le terre-plein du tout nou­veau Port de plai­san­ce du Moulin Blanc. L’école de voi­le devient alors per­ma­nen­te.

En 1972, ce sont aus­si les débuts de la plan­che à voi­le. Les véli­plan­chis­tes, mal accep­tés dans le mon­de des croi­seurs, se regrou­pent dès 1975 en créant les Crocodiles de l’Elorn.

La Finn Gold Cup est orga­ni­sée par la SRB en 1973 par la SRB. Le cham­pion­nat du Monde de Finn est alors la réga­te la plus pres­ti­gieu­se au mon­de. Le vain­queur est Serge Maury, éga­le­ment cham­pion olym­pi­que.

Progressivement en France, une nou­vel­le for­me de pra­ti­que de la voi­le se déve­lop­pe. La voi­le se veut acces­si­ble à un plus lar­ge public.

En 1976, la SRB subi de gra­ves dif­fi­cul­tés finan­ciè­res, elle cède sa licen­ce IV au Grand Pavois (actuel Tour du Monde) et ses locaux à la vil­le de Brest.

En 1978, l’USAM, alors sous l’égide de la Marine s’installe au port de plai­san­ce, sui­vi du Canoé Kayak Brestois.

Le cen­tre nau­ti­que muni­ci­pal est inau­gu­ré en 1980. Les dif­fé­rents clubs sont logés dans des mobile-homes, le long du cen­tre nau­ti­que.

La médaille d’Or de Nicolas Hénard et Jean-Yves Le Déroff en Tornado aux Jeux Olympiques de Séoul en 1988 est une immen­se fier­té pour le club. Cette per­for­man­ce convain­cra les élus bres­tois de l’importance de déve­lop­per l’apprentissage de la voi­le à Brest, loi­sir et com­pé­ti­tion. Le Club a retrou­vé sa pla­ce de lea­der natio­nal, clas­sé 6 fois 2ème club fran­çais. Le titre de cham­pion olym­pi­que de Jean-Yves Le Deroff et Nicolas Hénard ren­for­ce un pal­ma­rès déjà très impor­tant.

En 1993, les clubs s’installent dans la tou­te nou­vel­le Maison du Nautisme.

En 2001, la SRB orga­ni­se en Rade de Brest le Championnat d’Europe de 49er.

A nou­veau confron­tée à des dif­fi­cul­tés finan­ciè­res en 2002, la SRB se dote d’un nou­veau bureau direc­teur qui fait repren­dre au Club un bon cap, avec l’aide des socié­tai­res, de par­te­nai­res exté­rieurs et du tra­vail de tous.

La SRB orga­ni­se en 2005 le Championnat du Monde de 420 qui voit s’affronter 160 bateaux repré­sen­tant 23 nations.

En 2006, la SRB se clas­se 3ème Club fran­çais en Dériveur.

En 2008, la pre­miè­re édi­tion de l’UNIRACE, cham­pion­nat de fran­ce uni­ver­si­tai­re en Open 5.70, pré­fi­gu­re un par­te­na­riat de fonc­tion­ne­ment entre l’UBO et la SRBrest.

La SRBrest se voit confier l’organisation du cham­pion­nat du mon­de de la Classe Europe en 2009.

En 2011, la SRB déve­lop­pe et met en pla­ce un club des par­te­nai­res ; objec­tif : fédé­rer des entre­pre­neurs locaux autour du pro­jet asso­cia­tif de la SRB.

Et l’histoire conti­nue !